Blog Wrung>Danse>Moos Coulibaly « Dance in French »

Moos Coulibaly « Dance in French » – Blog Wrung.fr – Style, art, musique & culture. Skip to main content

Moos Coulibaly « Dance in French »

Découvert via les réseaux sociaux, nous avons eu un coup de coeur pour le travail de chorégraphe et de réalisateur de Moos Coulibaly. Focus sur un jeune talent a suivre, a travers ses vidéos « Dance in French ».

Présente toi?

Moos Coulibaly, 28 ans originaire du Havre en Seine-Maritime. Je suis chorégraphe et depuis peu photographe et réalisateur. Je fais partie du collectif ICE CREAMZ fondé avec des amis en 2009 qui accompagne différents artistes (danseurs, chanteur, rappeurs, vidéastes) dans leurs projets.

Comment est née ta passion pour la danse ? Quelles sont tes influences?

Ma passion pour la danse est née au lycée il y a bientôt 10 ans lorsque j’ai découvert le film «YOU GOT SERVED», c’est ce qui m’a plongé dans la culture Hip Hop et permis de découvrir la danse. Avec mes potes on reproduisait les mouvements que l’on voyait dans les clips ou les films, au fur et à mesure on a eu l’envie d’aller plus loin, et on a commencé à monter des petites chorégraphies que l’on présentait lors des fêtes de quartiers. J’ai été beaucoup influencé par des chorégraphes que j’ai découvert à mes débuts sur Youtube comme Andrew Baterina, Paul Ross ou encore Philip Geniza.

Qu’est ce qui t’a poussé à te lancer dans la chorégraphie? 

Ce qui m’a poussé à me lancer dans la chorégraphie c’est que je pouvais m’approprier une musique en créant mes propres «tableaux». Pour moi chaque personne a son univers, et chaque musique a une interprétation différente en fonction de la personne qui l’écoute. Ce que je veux c’est découvrir ou va mon propre univers, ce que j’essaye de définir à travers mes chorégraphies. Une chorégraphie est comme une photographie, elle représente un moment précis, une émotion.

Tu as choisis de chorégraphier sur des sons français, pourquoi ?

Il y a énormément d’artistes talentueux dans la musique française, qui sortent littéralement des claques sonores. Ce que je veux faire à travers ma série «Dance in French» c’est amener les gens a apprécier différemment les sons français. On a souvent tendance à sous estimer les artistes français par rapport aux américains, alors que je pense qu’on a pas du tout à rougir de ce qu’on fait chez nous. Pour le premier volet j’ai choisi « Ciel Bleu » de Sopico, et la 2eme est sur « La Melodie des Quartiers Pauvres » de Jok’Air.

Depuis peu tu es passé à la réalisation.

Je suis quelqu’un qui touche à tout, et c’est naturellement qu’est venue la nécessité de pouvoir réaliser mes vidéos seul. J’ai réalisé mes premières vidéos avec un smartphone, et je me suis vite rendu compte qu’il fallait un minimum de matériel et de connaissance si je voulais proposer un contenu avec un minimum de qualité. En réalisant les vidéos des artistes de mon collectif, j’ai appris sur le tas et depuis je réalise quelques clips musicaux et des vidéos de danse.

La réalisation demande énormément de temps et de concentration; on ne peut pas bâcler le travail. J’apprend tous les jours en regardant des films, des clips, des tutoriels pour m’améliorer. Tout ca m’a permis de retranscrire mon univers visuellement, c’est une nouvelle corde à mon arc en tant qu’artiste.

Quel est le message les emotions que tu cherches a transmettre au public a travers ton travail?

J’ai envie de transmettre quelques chose de profond et d’esthétique, loin de l’image qu’on veut donner aux personnes issues des quartiers. On ne dit pas assez souvent aux jeunes que tout est possible, et si à travers mon expérience et mes différentes compétences je peux leurs donner l’envie d’aller au bout de leurs objectifs quel qu’il soit, je m’estimerais gagnant.

Articles relatifs

Wrung en Novembre

Tie Break

Produit ajouté au panier avec succès
Quantité
Total
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits
Frais de port  To be determined
Total
Continuer mes achats Commander